Mobilité et parcours professionnels

Séduire, recruter et fidéliser les talents sont nos enjeux majeurs pour préparer demain et accompagner la croissance du Groupe. Nous accompagnons donc nos collaborateurs dans leur parcours professionnel et cherchons à faciliter leur mobilité au sein du Groupe.

91 473 heures de formation suivies dont 10 % en management et 35 % en Sécurité70,5 % des salariés ont suivi au moins une formation en 201518 heures de formation en moyenne par salarié formé

A savoir :

  • l’entretien annuel de performance est complété par un entretien de développement qui correspond à un moment d’échanges privilégié entre le manager et le collaborateur sur le projet professionnel de ce dernier.
  • des revues de talents annuelles réunissent régulièrement les managers et les RH afin d’établir les plans de successions et de développement individualisés... et d’anticiper les mobilités. 
     

Elles et ils racontent leur parcours

Parce que l’expérience qu’ils ont acquise à nos côtés nous est précieuse, nous facilitons leur mobilité au sein du Groupe. Compte tenu de la diversité de nos activités et de l’envergure internationale du groupe VIVESCIA, les opportunités sont multiples !
Notre démarche est claire : permettre à chacun de progresser dans ses responsabilités, dans son métier ou dans un autre, au sein de son entreprise ou dans une autre entité du Groupe.

Yves-Marie
Laurent
Directeur général de VIVESCIA Transport

Aujourd’hui, vous êtes le Directeur général de VIVESCIA Transport et d’Agriliance. Mais ce n’a pas toujours été le cas ?

En effet ! J’ai commencé à travailler en 1981 comme conducteur poids lourds pour la coopérative, la Providence Agricole. En 1986, j’ai rédigé un mémoire à l’attention de la direction: c’était en fait un projet de nouvelle organisation des transports, afin de mieux coordonner et optimiser les flux et les moyens, très décentralisés à l’époque. J’ai eu la chance d’être écouté.

 

voir +

A cette époque, on vous surnommait « Professeur Tournesol ». Pourquoi ?

En 1987, nous avons conduit une expérimentation sur les biocarburants et plus particulièrement le Diester. On m’appelait alors « Professeur Tournesol » en référence à ce carburant qui pourtant repose principalement sur le colza ! Mais c’est vrai qu’à l’époque, c’était assez précurseur ! Là encore, j’ai été écouté et soutenu dans mon projet. Nous avons pu ainsi mettre en place toute la gestion du parc, avec, par exemple, le suivi des consommations. Pendant deux ans, j’ai d’ailleurs été formateur pour promouvoir les économies de carburant, la conduite rationnelle appelée de nos jours, éco conduite.

En 1989, nouvelle étape déterminante ?

Oui. J’ai eu l’occasion de passer mon Attestation de capacité de transporteur. Ce qui m’a permis d’accéder à de nouvelles fonctions : je suis successivement devenu Responsable transports, puis Chargé de la coordination de toutes les activités transport au sein de La Providence. A partir de 1992, j’ai occupé les mêmes fonctions chez Champagne Céréales. En 1995 j’ai pris la responsabilité de la gestion logistique des non-pondéreux (produits conditionnés). Et en 2003, j’ai été nommé Directeur de la logistique, donc, en charge de la coordination de tous les flux amont et aval : de la collecte chez les agriculteurs à la livraison chez les clients.

Jusqu’à ce que vous accédiez au poste de Directeur général de VIVESCIA Transport...

En 2008, j’ai en effet été nommé Directeur général de la 1re filiale transport "Agriliance" puis de la seconde "Transalim" (devenu depuis VIVESCIA Transport) : soit, à ce jour une équipe de 158 personnes dont 125 conducteurs, et une flotte de 115 poids lourds sur la route quotidiennement. J’anime une équipe en charge d’une structure au service de la coopérative et du groupe VIVESCIA avec pour objectifs principaux, la qualité de service à tous nos clients, la sécurité, le respect réglementaire. Le transport reste une activité stratégique mais sensible et nous cherchons en permanence à optimiser nos organisations afin de garantir la performance attendue par le marché.  

Rétrospectivement, comment expliquez-vous votre évolution professionnelle ?

Plusieurs personnes m’ont fait confiance au cours de mon cursus professionnel ! Je pense en particulier à Dominique Dutartre que je considère comme mon mentor. Il a cru en moi, et en mes capacités.

Une évolution similaire est elle encore possible chez VIVESCIA ?

Les processus d’évolution sont sans doute plus structurés aujourd’hui car VIVESCIA est un devenu un groupe de grande dimension mais reste une entreprise où l’on peut évoluer. Le plan de carrière n’est pas forcément tout tracé, mais les opportunités existent.
Le véritable enjeu du manager est de bien équilibrer ses recrutements entre :
• Les recrutements externes qui apportent leur valeur ajoutée à nos organisations mais qui doivent acquérir la culture de l’entreprise.  
• Les ressources internes performantes, qui travaillent dans l’entreprise depuis plusieurs années, connaissent nos métiers, et sont imprégnés de nos valeurs fondamentales indispensables pour préserver notre esprit d’entreprise.

fermer
Frédérique
Baron
Directeur du contrôle de gestion des Grands moulins de Paris

Au départ, vos études ne vous destinaient pas précisément au Contrôle de gestion ?

C’est vrai. J’ai un Diplôme d’Etudes Supérieures Technologiques en Informatique de gestion. En 1985, j’ai débuté comme chef de projet informatique aux Grands Moulins Storione à Marseille. Ces derniers font désormais partie du Pôle Meunerie de NutriXo au sein du groupe VIVESCIA. Mais ils ont d’abord été intégrés à la coopérative Champagne Céréales dont j’ai pris la Direction informatique de l’activité meunerie en 1990. A cette époque, je me déplaçais donc fréquemment de Marseille à Reims… En 1996, à la création d’Euromill, toujours en tant que responsable de l’informatique de cette nouvelle entité, je me suis installée à Reims…

 

voir +

Votre parcours est vraiment placé sous le signe de la mobilité. Mobilité géographique, mobilité professionnelle...

En effet ! Lorsqu’Euromill a rejoint les Grands Moulins de Paris en 2002, j’ai eu l’opportunité de quitter l’informatique et de changer de milieu professionnel. J’ai opté pour le métier d’AGF (Administration Gestion Finances). Ensuite, en 2005, une nouvelle opportunité s’est présentée : poursuivre mon métier d’AGF, non plus en meunerie mais en BVP (boulangerie-viennoiserie pâtisserie), à Romans-sur-Isère, pour Appétit de France, filiale de NutriXo. Cela parait proche, et même si les activités sont liées, elles sont très différentes.

La création du Groupe VIVESCIA vous donné l’occasion de rebondir encore une fois ?

C’est vrai que ma carrière a évolué au gré des rachats et des fusions, à la fois en termes de responsabilités et de métiers. C’est aussi ce qui me plait ! En 2013, on m’a proposé de prendre la Direction du contrôle de gestion du Groupe pour l’activité Meunerie, c’est-à-dire les Grands Moulins de Paris. Je dirige désormais une équipe d’une vingtaine de personnes, pour partie au siège à Paris, et pour partie sur site. Le contrôle de gestion est plus que jamais une activité clé de la nouvelle organisation du Groupe.

Vous voulez dire que cette fois, ce n’est pas vous, mais votre fonction qui évolue ?

Nous entendons en effet devenir de véritables business partners de nos clients finaux : les marchés commerciaux, les usines de transformation, l’ensemble de la supply chain… La fonction de Contrôle de gestion a donc beaucoup évolué ces dernières années,   
notamment suite de la réorganisation de notre activité meunerie : une grande entreprise « unie pour le goût » et non plus une multitude de sociétés « indépendantes ». Chez GMP, l’activité du contrôleur de gestion est désormais beaucoup plus axée sur l’aide au pilotage de l’activité, les fonctions supports assurant désormais la partie comptable et finance.

Si on résume, en 30 ans de carrière...

J’aurai exercé trois métiers différents, à des postes à responsabilité croissante, pour deux activités différentes, dans trois lieux différents, tout en demeurant dans le même Groupe ! C’est tout l’intérêt de VIVESCIA qui est en perpétuel développement. Qui sait ce que me réserve encore l’avenir ?

fermer
Hervé
Launois
Directeur terrain chez Nealia

Pourquoi avez-vous rejoint de groupe VIVESCIA ?

J’y suis arrivé assez naturellement. Mes parents étaient agriculteurs et adhérents de VIVESCIA (à l’époque Champagne Céréales). Après mon BTS Agricole, j’ai posé ma candidature auprès de différentes entreprises de la région en lien avec ma formation. J’ai reçu plusieurs propositions. Mais celle de Champagne Céréales était la plus attractive : elle m’ouvrait des perspectives de développement que ne m’offraient pas les autres entreprises.

 

voir +

Ensuite, votre progression a été assez rapide...

J’ai commencé comme magasinier. Je suis ensuite devenu Responsable d’un silo. Puis j’ai été nommé Chef de secteur, c’est-à-dire responsable de plusieurs silos. Les secteurs ont été refondus et j’ai pris la responsabilité de deux secteurs. Ensuite, j’ai été promu Responsable céréales, ce qui revenait à mener à bien la politique commerciale de l’entreprise auprès des céréaliers.

Qu’est-ce qui vous a incité à rejoindre Nealia ?

Au début de ma carrière, ce sont mes responsables qui m’ont encouragé à progresser. Ils m’ont mis le pied à l’étrier. Et je leur en suis reconnaissant. Cela m’a incité à continuer : j’ai décidé prendre en main mon évolution. J’ai donc quitté ma coopérative d’origine pour évoluer vers un autre métier en profitant des opportunités offertes par les filiales de VIVESCIA : en l’occurrence, ce fut Nealia.

Nealia est spécialisé dans la nutrition animale. C’est donc assez différent de vos précédentes expériences...

C’est vrai. Nealia est spécialisé dans la fabrication et la distribution d’aliments pour animaux élaborés à partir de matières premières végétales. Donc, j’ai quitté un métier où l’on ne parlait que céréales, pour un métier où on ne parlait que de nutrition animale. C’était pour moi un monde complètement inconnu ! Ce qui peut paraitre étonnant parce qu’on est toujours dans le domaine agricole... Mais ce sont des métiers complètement différents. VIVESCIA m’a remarquablement accompagné dans cette évolution, sur le plan des connaissances techniques, et en renforçant mes compétences managériales. Aujourd’hui, je dirige 65 personnes…

Vous considérez donc que l’accompagnement est un point fort du Groupe ?

Absolument ! C’est un groupe où l’on encourage les talents et où l’on se sent accompagné. D’ailleurs aujourd’hui, quand je reçois un candidat, c’est cet argument que je mets toujours en avant. VIVESCIA est un groupe de grande envergure qui propose plein de métiers différents : si on en a l’envie et les compétences, il offre des opportunités d’évolution, sans quitter la région, comme à l’international. C’est une vraie différence par rapport à de plus petites structures qui n’ont pas forcément la même puissance ni la même dynamique.

Une dernière remarque ?

Oui, et c’est un point aussi extrêmement important : on peut exprimer son désir de progresser, notamment au cours des entretiens annuels. C’est loin d’être le cas dans toutes les entreprises !

fermer
Christophe
Guenin
Contrôleur de gestion junior VIVESCIA Services

Comment avez-vous connu VIVESCIA ?

J’étais à la recherche d’un contrat d’alternance dans le cadre de mon master. J’ai donc fait quelques recherches sur le net. Originaire de Seine-et-Marne, je privilégiais la région parisienne… et un peu au-delà. J’ai trouvé plusieurs offres de VIVESCIA et de ses filiales. Comme je les trouvais intéressantes, cela m’a incité à en savoir plus sur le groupe. Les entretiens ont achevé de me convaincre. J’ai retenu le projet de VIVESCIA.

 

voir +

Et aujourd’hui ?

Après deux ans d’apprentissage, je viens de signer mon premier CDI dans la continuité de mes missions d'apprentissage, avec plus de responsabilités. Un an après, j'évolue et je démarre de nouvelles missions, toujours dans le contrôle de gestion.

Qu’est qui vous a donné envie de rester chez VIVESCIA ?

Je souhaitais travailler dans le contrôle de gestion. Au cours de mon apprentissage, on m’a fait confiance. J’ai été valorisé et responsabilisé : j’ai pu mener des projets de manière autonome. VIVESCIA m’a permis d’accéder à des responsabilités qu’on ne m’aurait pas  nécessairement confiées ailleurs. Et puis, VIVESCIA est un grand groupe...

Les perspectives de mobilité vous ont séduit ?

Oui, bien sûr ! A travers ses différentes entités, VIVESCIA offre de nombreuses opportunités, aussi bien dans la région de Reims qu’à l’étranger. Les perspectives d’évolution sont diverses et les métiers variés. C’est naturellement séduisant quand on est en début de carrière !

fermer
Claire
Festuot
Chargée de recrutement au Pôle formation et gestion des compétences du Groupe

Quelle est votre mission ?

Elle est assez variée. Mais ma spécialité, ce sont les recrutements CDI et CDD, tous postes. Cela concerne aussi l’intérim saisonnier qui, dans nos métiers, est très important : chaque année, aux mois de juillet-août, nous devons gérer une vague de 600 intérimaires ! Enfin, je m’occupe aussi des stages de longue durée (6 mois) et de l’alternance. C’est une forme de recrutement que nous essayons d’encourager et de développer le plus possible. Il y a 3 ans, nous avions 3 ou 4 alternants maximum. Ils sont maintenant 17 !

 

voir +

Et vous-même, comment avez-vous été recrutée ?

Je suis un pur produit de la politique d’alternance que nous développons ! Après mon bac ST Tertiaire, j’ai fait un DUT Gestion Administration Commerciale à Charleville-Mézières, puis une licence pro RH (Emploi & Compétences) à Reims, en alternance : c’était en 2007.

Mais vous connaissiez VIVESCIA ?

Toute ma famille est dans l’agriculture et originaire de la région. Alors oui, je connaissais bien VIVESCIA, mais côté adhérent. Il m’arrivait régulièrement d’accompagner les bennes de grains aux silos de la coopérative ! Après mes études à Reims, j’avoue ne pas avoir postulé auprès de beaucoup de sociétés, d’autant que j’avais envie de rester près du monde agricole...

Depuis 2007, vous êtes restée dans la sphère RH… Mais vous avez changé de fonction ?

En fait, je ne suis jamais restée au même poste plus de deux ans ! Lors de mon embauche en alternance, j’étais employée par le service « Paye » et mobilisée sur le développement de nouveaux logiciels. Ensuite,  je me suis occupée de la Formation pendant deux ans. Et en 2012, je suis passée au Recrutement : c’était une période absolument passionnante puisque les deux coopératives (Champagne Céréales et Nouricia) qui ont donné naissance au Groupe VIVESCIA venaient de fusionner. Cette fusion s’est nécessairement accompagnée d’ajustements culturels et de nouveaux recrutements. Certains chantiers sont toujours en cours mais les choses se mettent en place à leur rythme. En résumé, depuis 2007, je n’ai vraiment pas eu le temps de m’ennuyer !

Vous pensez continuer sur le même rythme ?

Appartenir au groupe VIVESCIA permet d’envisager son avenir de plein de manières. On peut choisir de rester dans la région qui concentre bon nombre de métiers et sièges sociaux d’entreprises du Groupe, ou choisir de partir très loin, jusqu’en Chine, en Nouvelle-Zélande ou aux États-Unis avec Malteurop qui a des sites dans le monde entier. On peut aussi choisir de se spécialiser et rejoindre alors l’un des métiers de NutriXo. Ou au contraire rejoindre alors des sociétés de taille plus modeste qui privilégie la polyvalence...

Cette variété de choix est-elle ouverte à tous ?

Potentiellement, oui. Bien sûr, cela dépend des besoins des entreprises, des métiers et des compétences de chacun. Mais le Groupe accompagne ces mobilités : la formation marche de pair avec le développement du Groupe : elle est très dynamique. Et elle s’étend aussi aux cadres sur différents sujets comme le management ou encore la santé et sécurité au travail qui sont pour nous des sujets prioritaires.

fermer